"On ne peut interférer de force dans la vie de nos patients… malheureusement… ou heureusement.

Si l’entourage n’entre pas dans la dynamique, c’est qu’ils n’en éprouvent pas le besoin ! Leur communication est-elle satisfaisante ? A leurs yeux ? Aux yeux du patient ?

C'est peut être sur cette demande qu'il faut alors travailler: qui a besoin de quoi? Et travailler en séance avec la tablette pour la rééducation, sans tenir compte d'un «compte patient» et créer ainsi chez le patient l'idée que sa communication défaillante et handicapante pourrait être améliorée par la tablette."

Avez-vous trouvé votre réponse?